Revue de la Mare Nostrum 5218-301/A

Publié le 09 juin 2012 | Posté dans Montres

Une très belle revue, superbement illustrée, d'une icône : la Panerai préV Mare Nostrum 301A.

PANERAI PREV MARE NOSTRUM 5218-301/A

M1

En 1920, Guido et Giuseppe Panerai conçoivent un chronographe de précision, le Mare Nostrum, « notre mer » en latin, terme qui depuis l’empire romain désigne la Méditerranée. Par la suite, l’appellation Mare Nostrum chez Panerai a été associée aux minuteries des torpilles, mines et autres explosifs subaquatiques utilisés par la Marina Militare. 

M2

Cette appellation concernait aussi les chronographes de pont réservés aux officiers chargés de vérifier et de régler les commandes de tir des torpilles. En 1943, l’Officine réalise à leur intention un chronomètre de poignet du même nom, qui restera à l’état de prototype. 

M3

 Réédité et réinterprété en 1993, ce chronomètre deviendra l’un des modèles emblématiques de la première gamme de l’Officine destinée au public.

M4

Avec la 5218-201/A « Logo », la Mare Nostrum 5218-301/A forme une paire complémentaire : une plongeuse/baroudeuse et une montre d’officier/instrument de précision, voulue plus « chic », comme le suggèrent les publicités de l’époque.

M5

 De 1993 à 1996, trois Mare Nostrum ont été produites à partir de la même base horlogère : la 5218-301/A à 492 exemplaires et 10 prototypes, puis, en séries estimées à 50 exemplaires chacune, la 302/A identique à la 301/A mais avec la mention Slytech à 6 h, et enfin la 304/A, qui est une 302/A à lunette lisse comme le prototype de 1943.

M6

Lorsque le groupe Vendôme racheta l’Officine Panerai en 1997, des exemplaires qui n’avaient pas trouvé preneurs furent transformés en Pam6 (cadran bleu), Pam7 (cadran blanc) et Pam8 (cadran noir), avec une esthétique sensiblement différente.

M7

Il faudra ensuite attendre 2010 et la Pam300 pour une nouvelle édition du prototype de 1943, la plus fidèle, puisqu’aux dimensions d’origine avec un boitier de 52 mm. 

M8

La Mare Nostrum 301/A embarque un calibre ETA 2801-2 de 11,5 lignes et 43 rubis dans un boîtier acier de 42 mm. Sa fréquence est de 28 800 Alt/H, et sa réserve de marche est de 42 h. L’ensemble pèse 115 grammes bracelet compris.

M9

C’est le premier cadran bleu de Panerai.

M10

M11

Le tritium est appliqué sur les aiguilles des heures et des minutes et sur les index du cadran selon la norme ISO 8/3, c'est-à-dire recouvert d’un vernis protecteur.

M12

Etanche à seulement 5 atmosphères, la Mare Nostrum 5218-301/A est bien une montre de pont. De ce point de vue, elle est un heureux complément à une collection de « plongeuses » comprenant déjà Radiomir, Luminor et Submersible ….

M13

M13-2

Certains la trouvent aussi belle et racée qu'un Swan ...

M14

M15

 Le contraste entre le tritium coquille d’œuf et le bleu intense de son cadran est saisissant …

M16

M17

Le chrono, un Dubois-Depraz 3127, fait l’objet d’un module et d’un pont supplémentaires, ce qui explique que le remontoir et les boutons du chrono ne soient pas alignés.

M18

La lunette tachymétrique est un ajout -le prototype de 1943 en était dépourvu- mais elle reste cohérente avec l’univers technique de la 5218-301/A. Les paneristi hardcore ont élaboré diverses théories justifiant sa présence, allant de la mesure de la vitesse des torpilles à celle des noyaux d’olives …

M19

Le bracelet en requin bleu évoque un monde aquatique et onirique…

M20

M21

M22

M23 

M24

M25

M26

On aime aussi la Mare Nostrum 5218-301/A pour la netteté, pour la précision de ses index …

M27

M28

M29

M30

La 5218-301/A permet d’explorer des dimensions méconnues de l’univers Panerai … 

M31

M32

M33

 Elle a des courbes magnifiques, un galbe sublime et presque baroque pour un instrument de précision …

M34

M35

M36

M37

..et son écrin pré-Vendôme en acajou contribue aussi à l’expérience.

M38

M39

M40

M41

M42

M43

M44

M45